Contact | A propos | Boutique
Cinema des vampires

 

Drawing Blood

Année : 1999
Réalisateur :
Sergio Lapel
Acteurs :
Amie Childers, Dawn Spinella, Kirk Wilson , Leo Otero, Eric Smith, Ray Hargis, Parker Webb, Nicole Heffernan, Chris Ackerknecht , Linda Catoe
Note: 3.3 /10 (3 votes)
 
Liens Drawing Blood
Pour vous donner un aperçu de ce film, n'hésitez pas à regarder les bandes annonces de ce film :
Trailer 1
Trailer 2

Page officielle de Drawing Blood chez Troma

Mais que se passe t'il dans la tête de Troma ?

par Cyroul (01/2006)
Quand on lit le nom de Lloyd Kaufman au générique d'un film, on peut toujours s'attendre au meilleur et/ou au pire. Car le patron de la société Troma ne va jamais là où on l'attend. Curieusement, ce film n'est ni l'un ni l'autre. Enfin, si, très peu de l'un et beaucoup de l'autre. En fait, on ne comprend pas ce film qui oscille entre une blague de potache et une déprime suicidaire totale.

Peinture et sang

Il est très intéressant de noter qu'il y a très peu de films de vampires réunissant la thématique de l'art et du vampirisme. Le sang et l'art.
C'est cette approche très originale et très riche que ce film va essayer (sans aucun succès) de développer. Ce film aurait pu marcher sur les pas des performances sanglantes et artistiques de Paul Mc Carthy ou même de Chris Burden dans les années 70. Mais non, on en est très loin. Ici le sang dans la peinture n'est qu'une excuse pour tisser une vague intrigue qui se dirige rapidement vers le banal.
Quel dommage...

Drawing Blood

Une ambiance malsaine

En dehors d'un scénario bâclé, le film dégage une impression de malaise diffus. La première scène, très dure et très crue nous donne le ton. Ce film va être cruel et injuste.
La réalisation renforce le malaise en affichant des plans rapides ou très lent, sans continuité, sans passion, souvent ternes ou saturés de couleur.
Enfin, la musique met le point final à notre envie de suicide. Des accords étranges et omniprésents de bruitages désagréables (son de cloche, vinyle qui dérape, etc.) s'imposent à nos oreilles qui n'en demandaient pas tant.

L'horreur américaine des années 90

La ville, lieu de récolte des sans abris victimes du vampire, est dépeinte comme un gigantesque réservoir d'enfants fugueurs désespérés, de putes sans défense, de profiteurs d'innocence, de dealers, de pourris. Une ville horrible, le reflet d'une certaine Amérique, où les riches vivent bien pendant que les pauvres sombrent dans le désespoir.
Drawing BloodAinsi le héros dit froidement à un SDF qui se défend avec un couteau : "Ta vie vaut rien, mais mon couteau vaut 2 dollars".
Car même le héros est un pourri. C'est un pourri moderne, sans scrupule, décidé à tout pour arriver à ses fins (devenir un peintre). Ainsi il n'hésitera pas à tuer un SDF et à transformer son père en vampire pour pouvoir récupérer la fille qu'il veut.

De l'humour merdique dans un film de merde

Car le film, derrière cette ambiance glauque, se veut drôle.
Drawing BloodLe héros ne va pas aux putes car il risque d'attraper des maladies...(j'ai pas ri là…)
Les règles du jeu sont changées : le vampire ne peut être tué que par un vampire. Alors le héros va transformer son père en vampire. Mais comme on ne devient vampire qu'après avoir tué quelqu'un, il va falloir tuer quelqu'un. Alors pourquoi pas un clodo ? ... (j'ai pas ri non plus là…)

Même moi, le meilleur public du monde (voir la critique de Dracula dead and loving it), je n'ai pas ri une seule fois dans ce film.

Pour qui est t-il destiné alors ? Quel public va donc pouvoir apprécier cette bouse ? (Yankee Doodle went to town, A riding on a pony, Stuck a feather in his hat And called it macaroni...)

En conclusion

Malgré un sujet extrêmement intéressant et alléchant (et une vampirette assez jolie), le film ne vaut que pour sa séquence d'introduction.
Le reste étant de l'humour particulièrement glauque réservé à des gens particulièrement... particuliers.

A ne surtout pas confondre avec l'excellent livre Drawing Blood de la sublime Poppy Z Brite


Drawing Blood
Résumé
Ca commence comme un classique du X... Une jeune fille pose pour une peintre, Diana (Dawn Spinella), qui lui demande de se mettre à poil, puis qui lui tourne autour en lui demandant si elle a peur. La jeune fille (on apprend qu'elle est fugueuse, et qu'elle est censée être une gamine avec sa gueule de 35 ans), la jeune fille, donc, semble très timide et en même temps fascinée par Diana, une très jolie brune au regard de braise.
"C'est moi qui te rend nerveuse ?" demande t'elle en glissant lentement ses mains sur la peau frissonnante de la jeune fille (de 35 ans) haletante.

Drawing BloodMais la peintre, au lieu de niquer joyeusement la jeune fille, va la sucer (son sang). Et va verser le surplus dans un saladier pour utiliser le sang comme de la peinture.
Ca annonce la couleur : rouge vermillon !

On apprend ensuite que le serviteur (Kirk Wilson) de la vampire lui apporte des SDF afin qu'elle s'en serve pour peindre des toiles (après les avoir sucé). Seulement le bougre a des remords et va décider de sauver la prochaine SDF sur la liste de l'artiste aux dents pointues.

Mais Diana ne va pas le laisser faire…

Que va t'il se passer ?
Boaf... On s'en fout un peu.
 

Liens cinema vampirique | Plan du site | Contact | Actualites Vampiriques
© 1999-2012 Cyroul | Ce site est sous licence Creative Commons.
Morsure.net le site de tous les vampires, le site de tous les vampires